Pour croire


Luis Aragonés, ancien sélectionneur de l’équipe nationale espagnole de football (2004-2008) est décédé le 1er février dernier à l’âge de 75 ans. Pep Guardiola lui avait témoigné toute sa gratitude à l’aube de la Coupe du Monde 2006 dans les colonnes d’El País, bien conscient que le football espagnol allait, sous son égide, prendre un véritable tournant. Hommage.

Pep Guardiola, El País, 15 juin 2006.

Cela fait très longtemps que je n’ai pas parlé avec monsieur Cruyff. Je ne sais pas ce qu’il en aura pensé, mais je crois que le match joué hier à Leipzig a dû lui faire très plaisir [1]. Et je ne crois pas que cela soit dû à la victoire. C’est bien connu : il est hollandais. Mais il sera heureux de la manière dont elle s’est construite.

Jusqu’à son arrivée comme technicien à Barcelone, le jeu de mon club de cœur était à l’image de son entraîneur. Nous jouions à l’argentine avec Menotti, à l’allemande avec Lattek et même avec Venables, à l’anglaise, nous avons gagné une Liga [2]. Mais un jour d’été est arrivé monsieur Cruyff. Et il a commencé à dire et à faire des choses qui, aujourd’hui et 16 ans après, perdurent encore.

Aujourd’hui, durant une heure et quarante cinq minutes d’un match merveilleux de l’Espagne, je les ai vues.

Comme celles qu’on aura vu de la Quinta del Buitre et des contemporains qui les ont vus jouer. Je suis certain que Michel, Martín Vázquez et les autres les auront aussi vues. Eux qui avec le maillot blanc jouaient si bien au football seront fiers, et nous devrions être reconnaissants envers ces pionniers qui nous ont fait aimer ce jeu. De la même manière qu’eux le seront vis-à-vis de Cruyff. Mais aujourd’hui, nous embrassons monsieur Aragonés. Je le prends dans mes bras. J’ose le faire sans le connaître et avec toute ma reconnaissance. Pour croire en quelque chose.

Pour croire que « nous ne savons pas comment se conclut ce ‘quelque chose’, mais partons du principe que tout part du ballon ». Parce que personne ne sait comment les choses s’achèvent. Mais que tout le monde veut savoir la façon dont tu veux les commencer.

Pour croire que, comme nous sommes bien peu de chose, il est bon de se rassembler autour du ballon. Pour croire en quelque chose, en lequel personne ou très peu croient : que le ballon passe par les Xavi, Senna, Albelda et…

Pour croire que là où tout le monde met deux milieux de terrain défensifs pour donner de l’équilibre, de l’équilibre, de l’équilibre, nous, nous n’en mettons qu’un seul (Xabi Alonso) seulement parce que ce dernier courra pour deux. Et au passage, parce qu’il nous permet d’avoir plus d’équilibre.

Pour penser que le ballon vient avant tout le reste. Pour penser d’abord à toi et ensuite à Shevchenko.

Pour croire que les jambes s’utilisent aussi bien derrière (Puyol-Pablo-Sergio Ramos) que devant (Torres-Villa) pour être rapide. Et pour croire que le milieu (Xavi et les autres) doit se servir du ballon pour être plus rapide. Pour solliciter beaucoup ce milieu, avec l’idée qu’il doit relâcher le ballon aussitôt (merci Juanma pour le conseil) [3].

Pour croire que monsieur Aragonés, maître de la contre-attaque, sait jouer davantage que ce type de jeu en sachant que les situations inhérentes à la contre-attaque sont ancrées dans son jeu.

Et je remercie monsieur Aragonés d’être si intelligent pour avoir pu solliciter un minimum le grand Raúl ainsi qu’Albelda parce qu’il sait qu’en les prenant, il pourra compter sur tout le monde.

Pour tout cela, j’aimerais pouvoir l’embrasser de nouveau au prochain match. Maintenant, je l’exhorte à poursuivre la promesse entreprise. Et voilà que je continue à être affectueux. Pour l’amour du football. Pour la Quinta del Buitre, et pour Cruyff.

[1] Victoire 4-0 contre l’Ukraine en match inaugural de la Coupe Du Monde 2006.

[2] Lors de la saison 1984-1985.

[3] Juan Manuel Lillo, ami et dernier entraineur du catalan avec le club mexicain des Dorados de Sinaola.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s